POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Luxembourg-ville

Plus de 50% de la délinquance totale à la Gare et Bonnevoie



La police grand-ducale révèle quelques statistiques sur la sécurité autour de la gare de Luxembourg-ville. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

La police grand-ducale révèle quelques statistiques sur la sécurité autour de la gare de Luxembourg-ville. (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

La majorité des infractions de la capitale viennent bien des quartiers de la Gare et de Bonnevoie, confirme la police luxembourgeoise. C’est là aussi qu’ont lieu 85% des affaires de drogue à Luxembourg-ville.

Les événements de la semaine dernière – le chien d’un agent de sécurité qui a mordu une personne et les nombreuses réactions politiques qui ont suivi – ravivent le débat sur la sécurité à la Gare. Un sondage présenté en mars dernier mettait en évidence que 58% de citoyens la trouvaient mauvaise.

Mais quels sont les chiffres des infractions dans le quartier et que représentent-ils par rapport à l’ensemble de la ville?

En 2020, un peu plus d’un tiers de la délinquance totale de la commune de Luxembourg a été enregistré dans le quartier de la Gare, indique la police, sollicitée par Paperjam. «Un peu plus de la moitié si l’on y ajoute le quartier de Bonnevoie», précise-t-elle.

85% des affaires de drogue

Environ 20% de toutes les infractions enregistrées dans la capitale seraient des affaires de drogue (trafic ou consommation). Soit un total de 2.500 affaires, en hausse de 10% en un an. Et parmi celles-ci, «plus de 60% sont enregistrées dans le quartier de la Gare et 25% à Bonnevoie».

«Ce genre d’infractions ne sont pas directement rapportées à la police, mais viennent de son travail sur le terrain», rappelle-t-elle. Plus elle cible un quartier, y traque les dealers et les consommateurs, et plus les statistiques peuvent donc augmenter.

D’autres infractions en baisse

Au total , 40.134 infractions avaient été constatées dans tout le pays en 2020, +3,5% en un an, et 4.619 affaires de stupéfiants, 381 de plus qu’en 2019.

Dans la capitale, certaines catégories de faits diminuent, comme les cambriolages qui sont passés de 1.260 à 1.000. Les vols avec violence, les violences contre les personnes, les atteintes aux mœurs et les autres vols ont «diminué légèrement». Les vols liés aux véhicules ont par contre augmenté, passant de 760 affaires en 2019 à 1.075 en 2020.