PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Private Banking Group Luxembourg

Le montant des actifs sous gestion a doublé en 11 ans



Le montant des actifs a plus que doublé en 11 ans au Luxembourg, d’après l’ABBL. (Photo: Shutterstock)

Le montant des actifs a plus que doublé en 11 ans au Luxembourg, d’après l’ABBL. (Photo: Shutterstock)

Le nombre d’actifs sous gestion ne cesse d’augmenter dans les banques privées au Luxembourg, pour atteindre 466 milliards d’euros, selon l’ABBL. Les clients les plus dotés sont les plus nombreux. 85% vivent en Europe, dont seulement 21% au Grand-Duché.

La place financière luxembourgeoise est toujours plus attractive. En 11 ans, le montant des actifs y a plus que doublé, selon l’enquête annuelle du Private Banking Group Luxembourg de l’ABBL (Association des banques et banquiers, Luxembourg) sur les banques privées. Ils atteignaient 466 milliards d’euros en 2019, contre 395 milliards l’année précédente .

«Si l’effet marché explique en partie cette évolution, elle reste néanmoins considérable et dépasse les prévisions de la dernière enquête, qui évaluait à 450 milliards le total des actifs en 2019 pour la banque privée», s’étonne l’association dans un communiqué de presse. Le secteur de la banque privée représenterait 11% de la valeur ajoutée au PIB par le secteur financier dans le pays, selon l’étude.

21% de clients luxembourgeois

Les clients semblent de plus en plus riches. La part de ceux dotés de plus de 20 millions d’euros augmente et représente 58% du total des actifs. À l’inverse, ceux avec moins d’un million d’euros se font moins nombreux et ne pèsent plus que 8% (contre 13% en 2015). «Cette évolution de la clientèle implique de nouvelles exigences pour le secteur de la banque privée, qui a dû concevoir des produits et services plus sophistiqués, tout en se spécialisant pour rester performant et la servir de manière adéquate», commente l’ABBL.

Seulement 21% d’entre eux résident au Luxembourg, et 17% dans les pays voisins (Belgique, France et Allemagne). En tout, les avoirs proviennent pour 85% d’une clientèle européenne. Des chiffres stables, par rapport à 2018.

Moins de salariés

Pourtant, les banques privées embauchent un peu moins: elles comptaient 6.224 employés à plein temps en 2019, 6,8% de moins que l’année précédente. Le nombre de banques privées est aussi passé de 57 en 2018 à 54 l’année suivante.

Pour la suite, «de belles opportunités s’offrent aux banques privées. À commencer par le Brexit, qui a confirmé l’attractivité de la place financière luxembourgeoise», estime l’ABBL. En plus du Covid-19, auquel les banques ont «su s’adapter» via le travail et les services à distance. Le prochain défi concernera le taux de profitabilité. «L’augmentation croissante des coûts liés à la réglementation, un environnement de taux négatifs, la nécessité d’investir dans des systèmes opérationnels et la création de nouveaux produits et services: tout cela pourrait exercer une pression sur la profitabilité des banques privées au Luxembourg.»