LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Argent

Selon une étude de N26

44% des Luxembourgeois déçus par leur banque



Selon l’étude de N26, les trois quarts des Luxembourgeois ont déjà reçu des frais bancaires inattendus. (Photo: Shutterstock)

Selon l’étude de N26, les trois quarts des Luxembourgeois ont déjà reçu des frais bancaires inattendus. (Photo: Shutterstock)

Selon une étude de la néobanque allemande N26, 44% des Luxembourgeois se disent déçus par leur banque, principalement à cause des frais cachés.

Les sociétés qui vendent des solutions de cybersécurité publient des études sur les failles de cybersécurité. Celles qui vendent la banque de demain des études sur les problèmes que rencontrent les utilisateurs avec leur banque. Classique.

Dans un communiqué, ce lundi matin, la banque allemande N26 indique que 44% des Luxembourgeois «sont soit irrités soit contrariés par leur banque», principalement parce qu’ils jugent qu’elle leur fait «payer des frais injustifiés (31%), parce qu’ils ne se sentent pas réellement pris en compte (44%) et parce que leur banque rend «compliqué le changement de produit ou de service» (25%).

«Plus de sept sur dix répondent par l’affirmative, confirmant la forte critique sur le manque de transparence dans la politique tarifaire de la majorité des banques traditionnelles. Les frais de compte courant (39%), les frais de guichet automatique (53%) et les frais de transaction à l’étranger (42%) ont été cités comme les trois frais les plus courants. L’étude a montré que les Luxembourgeois ont subi ce type de désagrément en moyenne trois fois au cours des 12 derniers mois, pour un coût moyen par occurrence d’environ 25 euros. Cela représente 75 euros par an.»

«Si nous ne parlons pas de ce qui nous dérange dans le domaine bancaire, nous ne pouvons pas éviter que ces mêmes problèmes nous nuisent encore et encore à l’avenir. Nous savons déjà que les Luxembourgeois s’inquiètent de leurs finances, mais il est également important de comprendre ce qui détériore leur relation avec leur banque et leur image de l’utilité des banques pour les accompagner dans leur quotidien», analyse Jérémie Rosselli, general manager de N26 pour la Belgique, la France et le Luxembourg. 

L’étude a été menée auprès de 10.106 personnes en Europe et aux États-Unis, en avril 2020, par Sapio Research. On ignore combien de Luxembourgeois figurent dans ce panel et sur quelle base ils ont été retenus.

L’étude complète n’est pas disponible, mais le site internet monté pour l’opération, The Big Banking Chat, évoque notamment deux autres chiffres pour le Luxembourg : le confinement a permis en moyenne d’économiser 206 euros par mois et les deux tiers des résidents ont changé de manière d’envisager leurs économies depuis la crise du Covid-19.