POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

dépenses de santé

40 millions d’euros pour des soins à l’étranger



258607.jpg

Une part importante des soins délivrés à l’étranger concernent des assurés non résidents de l’assurance maladie-maternité. (Photo: Shutterstock)

3.030.510,94 euros sont dépensés chaque année pour des consultations ou traitements ambulatoires dispensés hors du Luxembourg sans besoin d’une autorisation préalable, mais pour lesquels la CNS intervient. 36,7 millions le sont avec autorisation préalable.

Celles et ceux qui bénéficient de la couverture sociale de la CNS peuvent être remboursés pour des soins ambulatoires ou des consultations reçus à l’étranger. Et un certain nombre ne nécessitent d’ailleurs pas d’autorisation préalable: la policlinique et l’urgence, les analyses en laboratoire, l’imagerie médicale, la kinésithérapie, l’hémodialyse, l’IRM, la radiothérapie, la chimiothérapie, la fécondation in vitro...

36,7 millions d’euros pour des soins soumis à autorisation

Le député Mars Di Bartolomeo a souhaité savoir ce que représentaient ces dépenses, et a donc posé cette question à Romain Schneider , ministre de la Sécurité sociale. Celui-ci a indiqué que les dépenses pour consultations et actes ambulatoires n’ayant pas besoin d’un accord préalable se montaient à un total de 3.030.510,94 euros, soit 1.736.827,44 euros pour les consultations et 1.293.683,50 euros pour les actes.

Ce qui représente 17,9% des dépenses pour soins de santé en 2018, 82,1% étant délivrés au Luxembourg.

«L’essentiel des dépenses pour soins délivrés à l’étranger concerne les assurés non résidents de l’assurance maladie-maternité du Luxembourg», est-il encore indiqué dans la réponse ministérielle.

La dépense relative aux transferts S2, soit des soins donnés à l’étranger avec obtention d’une autorisation préalable, se montait pour sa part à 36,7 millions d’euros en 2018.

En tout, les dépenses pour des soins à l’étranger, sans ou avec autorisation préalable, s’élevaient l’an dernier à 39.730.510,94 euros.