PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Emploi

26.000 ou 100.000 postes dans le secteur financier?



256308.jpg

Avec les emplois indirects et induits, y compris dans d’autres secteurs, la Fondation Idea atteint 98.300 emplois. (Photo: Shutterstock)

Mercredi 24 juillet, la Fondation Idea a publié un décryptage sur l’emploi dans le secteur financier au Luxembourg. Elle évalue ses impacts directs et indirects.

Différents indicateurs existent pour mesurer l’emploi généré par le secteur financier au Grand-Duché. Et ils sont tous corrects, signale la Fondation Idea, qui a publié un décryptage sur le sujet  ce mercredi 24 juillet. Mais ils reflètent des réalités diverses.

Dans son acception la plus restreinte, à savoir la seule prise en compte de l’emploi dans les établissements de crédit, le secteur emploie 26.300 personnes, selon les données de la BCL.

Si l’on y ajoute les activités d’intermédiation financière et d’assurance compilées par le Statec, le chiffre atteint 48.800 personnes.

Avec les emplois indirects et induits, y compris dans d’autres secteurs, Idea atteint 98.300 emplois (voir ci-dessous l’escalier de l’emploi financier). En effet, d’autres branches économiques dépendent du secteur financier, comme la restauration, la comptabilité, ou encore les services informatiques.

Fournisseurs directs et indirects

Dans le détail, différents types de fournisseurs peuvent délivrer à la place financière des prestations spécialisées, scientifiques et techniques, à l’instar des ingénieurs, architectes, conseillers fiscaux ou publicitaires.

Certains services administratifs et de soutien sont également liés au secteur financier, notamment la sécurité, le bâtiment, les activités de production et de distribution d’informations ou de traitement de données.

Idea évalue à 25.700 postes l’emploi généré auprès de ces fournisseurs «directs» de la place financière. Sans compter 7.900 postes supplémentaires chez les «fournisseurs de fournisseurs».

«Les activités financières génèrent également des effets d’entraînement économique favorables (nos ‘effets induits’) par le biais des revenus et des investissements associés», précise la Fondation dans son étude.

Impact sur la consommation

Idea intègre aussi des «effets induits de consommation», représentant l’impact des rémunérations versées à la Place sur la consommation locale et la demande intérieure. Il existe par ailleurs des «effets induits d’investissement» des acteurs financiers et de leurs fournisseurs.

De 26.300 emplois générés par la Place, la Fondation parvient in fine à 98.300. «Un emploi créé dans cette branche générerait donc un emploi additionnel, de manière indirecte ou induite», conclut Idea, précisant qu’il s’agit même d’une estimation «conservatrice».

Celle-ci n’a par exemple pas inclus les retombées potentielles de l’épargne et des impôts.

Qu’adviendrait-il alors si le secteur financier disparaissait au Luxembourg? Réponse d’Idea: «Un véritable détricotage aboutissant à la disparition de près d’un emploi sur quatre»...