ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Immobilier commercial

21 boutiques cherchent preneur à l’avenue de la Gare



En quatre ans, le loyer moyen a fondu de moitié à l’avenue de la Gare. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

En quatre ans, le loyer moyen a fondu de moitié à l’avenue de la Gare. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

Entre les volets baissés et les pancartes «à louer», l’avenue de la Gare est en proie à une désertion des commerces ces derniers mois. Une simple promenade de la gare centrale à la passerelle Al Bréck mène à un sinistre décompte: celui des cellules vides.

Elles sont 21 en ce mois de février 2021, soit un tiers des adresses de l’avenue de la Gare. Tout commence avec, au numéro 65, Camaïeu, enseigne qui n’a pas trouvé de repreneur pour ses trois points de vente au Luxembourg, en septembre 2020.

Vient ensuite Carrefour Express, dont la fermeture serait temporaire , à en croire son service presse, mais qui, de toute évidence, dure, puisque le volet est baissé depuis le 6 avril 2020.

Sur le trottoir d’en face, Chaussures Goedert est désormais fermé, et cette surface vacante de 200m2 cherche preneur. Loyer demandé? 7.500 euros, soit 37,50 euros/m2.

Ses voisins Veritas et H&M ont quitté les lieux l’été dernier , après un différend concernant le montant des loyers demandés. La Ville de Luxembourg propose désormais l’ancienne mercerie en pop-up store , mais aucun nom n’est pour l’heure visible.

«Le Collège n’a pas encore tranché la question des prochains occupants des pop-up stores. Ce sera probablement le cas après le congé de carnaval», répond simplement l’échevin en charge du Commerce, Serge Wilmes (CSV).

En l’absence de repreneur, Camaïeu a fermé tous ses points de vente du Luxembourg, fin septembre. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

1 / 3

Annoncée comme étant temporaire, la fermeture du Carrefour Express est réalité depuis 10 mois. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

2 / 3

La cellule occupée jusqu’alors par les Chaussures Goedert cherche preneur. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

3 / 3

Des engins de chantier en action

L’ancien CoolCat est désert depuis 2019, année où l’enseigne de prêt-à-porter a été déclarée en faillite. Avec une superficie de 835m2, la surface traversante jusqu’à l’avenue de la Liberté offre un potentiel de développement pour une grande enseigne. Son loyer? 45.000 euros par mois.

Plus petite, la cellule de 322m2 jadis occupée par Ulla Popken cherche preneur pour 17.710 euros par mois.

En face, l’enseigne Six affiche la couleur avec une liquidation totale. Les points de vente de l’enseigne vont en fait changer d’identité et devenir Lovisa , autre marque de bijoux fantaisie.

À l’angle de la rue de Bonnevoie, le bruit des engins de chantier se fait entendre, avec la réhabilitation de l’ancien Yves Rocher, parti sur le trottoir d’en face.

Un ensemble de trois immeubles commerciaux est actuellement en réfection. On y trouvait voici encore quelques mois le Brooklyn Café, Alain Afflelou (qui a déménagé quelques mètres plus haut) et Calzedonia, qui a préféré se concentrer sur son implantation de la ville haute. L’enseigne Z fait partie de ces victimes collatérales de la crise sanitaire: sa maison mère Kidiliz a été placée en liquidation fin novembre , entraînant la disparition de ses points de vente au Grand-Duché.

Comptez 45.000 euros par mois pour les 835m2 de l’ancien CoolCat. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

1 / 6

Sur le départ, Six changera simplement d’identité, en devenant Lovisa. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

2 / 6

La modernisation d’anciennes cellules commerciales, comme, ici, celles occupées précédemment par Yves Rocher, suit son cours à l’avenue de la Gare. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

3 / 6

C&A a quitté l’artère à la fin de l’année passée. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

4 / 6

L’ancien Darty est désert depuis des années. Il n’est pas parvenu à trouver de nouvel occupant. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

5 / 6

La Ville de Luxembourg tente de donner vie aux cellules vides et en propose certaines à la location sous le concept de pop-up store. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

6 / 6

De l’autre côté de l’artère, le numéro 27 cherche preneur, de même que les anciens Salsa, Springfield et C&A, qui ont fermé leurs portes fin 2020 .

Plus ancienne, la grande surface occupée jadis par Darty est désormais barricadée et recouverte d’affiches. En 2013, Hifi International a racheté son concurrent au Grand-Duché, et bien que les deux enseignes aient cohabité sur l’artère, la situation n’a pas perduré longtemps.

Enfin, la cellule occupée jadis par Tiffosi cherche preneur, de même que les deux surfaces récemment rénovées aux numéros 3 et 5 de l’avenue de la Gare.

Des loyers moyens moitié moins cher en quatre ans

Il y a quatre ans, le classement «Main Streets Across the World» de l’agent immobilier professionnel Cushman & Wakefield classait l’avenue de la Gare sur la deuxième marche du podium des rues commerçantes du Luxembourg, juste derrière la ville haute et sa Grand-Rue.

À l’époque, le loyer moyen s’affichait à 100 euros/mois/m2, en hausse de 11% par rapport à 2016. L’avenue de la Gare a disparu du classement en 2018, et ce dernier n’est plus édité depuis 2019. Néanmoins, un petit tour des annonces immobilières des nombreux biens actuellement affichés à la location nous mène à un loyer moyen de 48 euros/m2, soit moitié moins qu’en 2017.

En quatre ans, le quartier a vécu le long chantier du tram , mais aussi des travaux au niveau des parkings avoisinants , qui ont affecté l’ accessibilité des commerces. 

La semaine dernière, le courtier JLL estimait le taux de vacance à 9% dans l’immobilier commercial de la capitale, avec une perspective de hausse pour les mois à venir. Selon ses données, les loyers commerciaux connaissent une décote de 10 à 15% ces derniers mois . En 2020, il fallait compter 150 euros/m2/mois pour une surface commerciale en rue commerçante, un montant toutefois à nuancer, compte tenu de l’activité soutenue l’an dernier sur le segment des boutiques de luxe, qui pousseraient les tarifs vers le haut.