POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Collectes de fonds caritatives

«2021 sera une année beaucoup plus difficile»



Les événements de collecte de fonds dits «challenges», comme la course Lëtz Go Gold, étaient un modèle de collecte de fonds populaire pour les organisations caritatives avant la pandémie. (Photo: Danielle Barbieux/archives Maison Moderne)

Les événements de collecte de fonds dits «challenges», comme la course Lëtz Go Gold, étaient un modèle de collecte de fonds populaire pour les organisations caritatives avant la pandémie. (Photo: Danielle Barbieux/archives Maison Moderne)

Les associations luxembourgeoises ont averti que les réductions budgétaires pour 2021 pourraient être fatales pour le secteur. Mais de nouvelles sources de revenus apparaissent.

Le Cercle de coopération des ONG et le Clae, qui représentent 258 associations à but non lucratif au Luxembourg, ont lancé un avertissement en juillet dernier, alors que les restrictions liées à la pandémie commençaient tout juste à avoir un impact sur les finances des organisations caritatives. Au Luxembourg, les grandes associations à but non lucratif sont financées par des subventions et des subsides à hauteur de 80% de leurs frais de fonctionnement, la différence étant comblée par la collecte de fonds.

«Différents facteurs sont à l’origine de difficultés financières qui peuvent mettre en péril la viabilité de certaines associations: […] la baisse de l’autofinancement due principalement à l’interruption des activités, mais aussi la baisse des dons, du sponsoring et la remise en cause de certaines subventions», écrivent les deux consortiums.

Adapter les modèles de collecte de fonds

De nombreuses organisations ont adapté leur modèle de commerce et de collecte de fonds en raison de la pandémie. La Croix-Rouge a remplacé son Bazar annuel de Noël, qui a permis de récolter 180.000 euros en 2018, par une série de stands pop-up. La course de charité Lëtz Go Gold, du Kriibskrank Kanner, est devenue virtuelle en septembre, permettant de collecter 305.601 euros pour la recherche sur le cancer pédiatrique. L’Aide à l’enfance de l’Inde et du Népal (AEIN) a ouvert une boutique en ligne et étudie la possibilité d’organiser des événements de moindre envergure pour remplacer son Bazar annuel, prévu pour février.

«Je pense que, généralement, ce genre d’événement permet de collecter des fonds, mais ne remplace pas la somme d’argent perdue du fait de l’annulation des événements en présentiel», a déclaré Alex Blake, de Keda, un cabinet de conseil en collecte de fonds pour les organisations caritatives basé au Royaume-Uni, à Delano, en novembre. «Bien qu’ils ne gagnent pas beaucoup d’argent, le public qu’ils touchent est vraiment important.» Comme les participants choisissent de s’inscrire sur des listes de diffusion, les bénéfices de cet engagement pourraient être récoltés plus tard, a-t-il dit.

Dons sélectifs

Au Royaume-Uni, de janvier à juin 2020, les dons de charité ont augmenté de 800 millions de livres sterling, selon une enquête de la Charities Aid Foundation, tandis que le nombre de donateurs est resté stable. Il y a cependant eu un changement de bénéficiaires, les donateurs privilégiant les hospices et les organisations caritatives soutenant le système de santé national, au détriment de segments tels que la recherche médicale, qui a perdu 174 millions de livres sterling au cours de la même période.

«Nous avons vu que le grand public veut donner en ce moment, et nous l’avons fait de différentes manières», a déclaré M. Blake. «Mais nous constatons également l’impact économique des pertes d’emploi, ce qui fait qu’il y a un risque certain et une anticipation que les niveaux de dons seront plus faibles au cours de l’année prochaine.»

Au Luxembourg

L’AEIN a collecté une somme «exceptionnelle» de 420.000 euros en 2020 pour aider ses parties prenantes, ce qu’elle attribue en partie au fait que sa plus grande collecte de fonds, un Bazar annuel, a eu lieu avant la pandémie. Mais il n’est pas clair dans quelle mesure cela sera durable.

«Nous prévoyons que 2021 sera une année beaucoup plus difficile pour la collecte de fonds. Nous ne sommes pas sûrs que certains de nos donateurs actuels ou potentiels, comme les business clubs, les municipalités, les écoles, etc. pourront nous soutenir, car leurs activités de collecte de fonds pour 2020 ont également été entravées ou annulées», a déclaré Françoise Binsfeld, de l’AEIN, à Delano, ajoutant que le plan de secours consiste à «lancer un appel aux dons à toutes les personnes qui, habituellement», participent au Bazar.

La communication numérique à la rescousse

La Fondation Partage, qui a réaffecté des fonds pour offrir un travail d’aide humanitaire au lieu des projets prévus, a enregistré une perte de 15% de ses revenus privés en raison de l’annulation de collectes de fonds. Denise Richard, de la fondation, espérait cependant que la fondation pourrait «combler un peu plus l’écart et peut-être terminer l’année avec une perte de moins de 10%». Sa stratégie a consisté à organiser des événements de moindre envergure et à se concentrer sur sa «solide base de donateurs privés».

«Nous nous sommes principalement concentrés sur la communication numérique vers ces donateurs privés afin qu’ils continuent à nous soutenir. C’était essentiel, car nous avons vu par le passé que les donateurs privés ont tendance à réduire leur soutien en temps de crise. Sans cela, notre perte de revenus privés aurait été bien supérieure à 15%», a déclaré Mme Richard.

Des modèles alternatifs?

Une solution explorée par certains au Royaume-Uni est celle des fusions d’associations caritatives. Mais pour la majorité d’entre eux, ils devront compter sur des subventions et des coupes budgétaires pour tenir jusqu’en 2021. Pour ceux qui étaient en difficulté avant la pandémie, les perspectives semblent sombres. «Il est difficile de dire quel sera l’impact au cours de l’année prochaine, cela dépend de l’aide gouvernementale et de l’impact économique plus large.»

Mais tout n’est pas sombre. Une observation positive tirée de l’enquête de la CAF a révélé que la confiance dans les organisations caritatives a augmenté en 2020, avec 56% des répondants qui estiment que la plupart des organisations caritatives sont dignes de confiance, contre 50% en 2019.