POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Mobilité

20 millions pour aménager le covoiturage sur l’E411



Le chantier de réhabilitation des 11km de l’E411 entre Arlon et Sterpenich, achevé en avril 2019, a coûté 12.650.000 euros. Déplacer la bande de covoiturage vers le milieu de la chaussée en coûtera 20, selon le ministre régional. (Photo: Sofico/archives)

Le chantier de réhabilitation des 11km de l’E411 entre Arlon et Sterpenich, achevé en avril 2019, a coûté 12.650.000 euros. Déplacer la bande de covoiturage vers le milieu de la chaussée en coûtera 20, selon le ministre régional. (Photo: Sofico/archives)

Les problèmes de mobilité transfrontalière continuent à résonner au Parlement wallon, à Namur. Après une interpellation du ministre régional de la Mobilité, la députée arlonaise Anne-Catherine Goffinet a décidé de déposer une motion pour inciter le gouvernement à prendre le taureau par les cornes.

Entre Arlon et le poste-frontière de Sterpenich, la bande de covoiturage, qui cherche le succès depuis la fin du chantier en avril 2019 , est située à droite de l’E411. Quand elle trouvera son prolongement sur l’A6 luxembourgeoise, elle sera placée au centre. «Cela pour des raisons de sécurité», a indiqué le vice-Premier ministre et ministre de la Mobilité François Bausch (déi Gréng). Mais on comprend vite la difficulté technique pour assurer la jonction des deux, tout en garantissant la sécurité des usagers.

La députée régionale Anne-Catherine Goffinet (CdH) se dit toujours stupéfaite de cette situation «ubuesque» qui risque de nuire «à l’image de toute une région». Lors d’une nouvelle interpellation du ministre wallon de la Mobilité, Philippe Henry (Ecolo), elle a rappelé que ce dossier, notamment sous le précédent gouvernement, «a fait l’objet de nombreuses concertations entre les autorités wallonnes et les autorités grand-ducales. Le gouvernement wallon actuel a-t-il poursuivi ces concertations de manière suffisamment sérieuse?» Elle en doute. 

Elle ne comprend pas non plus que les autorités luxembourgeoises puissent prétendre «ne pas connaître les aménagements côté wallon».

Selon le ministre, aménager la bande de covoiturage côté belge coûterait 20 millions d’euros. Alors que le chantier global de réaménagement du tronçon global de 11km a coûté 12.650.000 euros. Insupportable, pour la députée arlonaise, qui insiste pour une reprise des discussions entre responsables des deux pays.

Défense du projet de P+R à Viville

Dans la même interpellation, Anne-Catherine Goffinet défend aussi le projet de P+R de Viville-Arlon, remis en cause par le ministre fédéral de la Mobilité Georges Gilkinet (Ecolo) lors de sa récente visite à Luxembourg. 

Peu satisfaite des réponses reçues, elle a donc décidé de déposer une motion demandant au gouvernement wallon d’«agir auprès du gouvernement fédéral afin de respecter le calendrier de réalisation des travaux de modernisation de l’axe Bruxelles-Luxembourg, afin qu’aucun nouveau retard dans la mise en œuvre de celui-ci ne soit toléré, et pour que le projet de création du P+R de Viville demeure dans la liste des projets à réaliser à brève échéance par la SNCB». Mais aussi d’«interpeller le gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg afin de coordonner la mise en œuvre cohérente de la bande de covoiturage, et de veiller à assurer son accès aux transports en commun et aux motards».