POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Covid-19

13.110 doses de vaccin AstraZeneca détruites



13.110 doses non utilisées ont dû être détruites. Prochaine échéance, fin décembre, pour des vaccins de Moderna. (Photo: Nader Ghavami/archives)

13.110 doses non utilisées ont dû être détruites. Prochaine échéance, fin décembre, pour des vaccins de Moderna. (Photo: Nader Ghavami/archives)

Plusieurs milliers de doses de vaccin contre le Covid-19 ont dû être retirées du stock national et détruites car arrivées à leur date de péremption. Le Piratepartei demande des actions concrètes pour éviter que cela se reproduise, notamment avec des doses de Moderna injectables jusqu’au 27 décembre.

Les vaccins ont leur date de péremption, et pour certaines doses du Vaxzevria, celui du laboratoire AstraZeneca, celle-ci était fixée au 30 novembre 2021. En restait-il au Luxembourg de ce lot? Que sont-elles devenues? Dans une réponse parlementaire, la ministre de la Santé admet qu’environ 13.110 doses ont dû en effet être retirées du stock national et détruites. «Ce vaccin n'étant plus d'intérêt public, il n'a pas été injecté ces dernières semaines», justifie-t-elle. Dans le même temps, les livraisons de Vaxzevria se sont arrêtées car «la période de validité n'était pas assez longue pour garantir une deuxième dose de ce vaccin». Le fabricant n’a pas non plus fourni les données nécessaires pour assurer la qualité et la prolongation de vie de ces doses. Elles ne pouvaient donc plus non plus être données à d’autres pays.

Dans un communiqué de presse, le Piratepartei, à l’origine de la question parlementaire à ce sujet, se dit «choqué de voir le gouvernement laisser ces doses atteindre leur date de péremption plutôt que de les mettre à la disposition d’autres pays». Il rappelle avoir adressé une première question à ce sujet le 5 novembre, puis plusieurs rappels au gouvernement. Et estime le coût de ces 13.110 doses à 30.000 euros.

La prochaine échéance pour certaines doses, de Moderna cette fois, serait fixée au 27 décembre. Les Pirates demandent au gouvernement d’élaborer un plan «dès à présent» pour éviter une nouvelle destruction de vaccins.