Voilà donc le scandale de l’été. Partie des Pays-Bas ou de Belgique, on se dispute toujours la «non-origine», la crise des œufs contaminés au fipronil s’étend désormais à une douzaine de pays européens, et ce n’est probablement pas fini.